Accueil > Connaître les groupes du réseau : reportages > Accompagner les "Bernadettes d’aujourd’hui"...

Accompagner les "Bernadettes d’aujourd’hui"...

mardi 14 août 2012, par Marie B

Cité des Lauriers, 13e arrondissement marseillais (quartiers Nord). La maison Bernadette accueille enfants et adultes, du quartier et d’ailleurs, pour du soutien scolaire, des activités sportives, culturelles, socio-éducatives, des sorties, etc. Quelque 120 familles y sont adhérentes. Ouverte il y a un an, cette maison est la matérialisation du travail des habitants du quartier et de la fraternité Bernadette (groupe du réseau Saint-Laurent). Quelques questions à Aymeric O’Neill qui fut l’un des pionniers de la Fraternité.

JPEG - 304.8 ko

Qu’est ce que la Fraternité Bernadette ?

La Fraternité Bernadette s’adresse aux Bernadettes d’aujourd’hui, des personnes en souffrance qui cherchent Dieu.
La Fraternité est née en 1995, dans un bidonville de Salvador (Brésil) sous l’impulsion du père Dominique You. Ils s’agissait alors d’aider des jeunes filles prostituées (ou qui pouvaient le devenir).
Depuis 2000, la Fraternité est implantée à Marseille, aux Lauriers, mais l’idée est toujours la même : vivre le mystère de la compassion et l’espérance au coeur d’un quartier en souffrance.

Vous êtes un mouvement catholique, dans un quartier à majorité musulmane. Comment cela s’articule-t-il ?

En tant qu’œuvre de charité, nous nous adressons à toutes les familles, quelles que soient leur origine et leur religion.
Ouverte à tous, la maison Bernadette permet par ailleurs une présence catholique dans un quartier musulman. Être catholique en cité n’est en effet pas toujours évident. Cette maison est comme une soupape, on vient pour y déposer ses soucis. Les personnes catholiques de la Fraternité peuvent se retrouver une fois par semaine, pour un temps de parole (appelé « Grâce du jour » : comme quelqu’un qui rentre le soir raconte sa journée en famille, nous racontons ce que nous vivons). Nous avons aussi des rencontres mensuelles, et venons en groupe à Lourdes depuis dix ans.
Enfin, si la maison a toute sa place aux Lauriers, c’est grâce à l’acceptation, au soutien et à l’engagement de l’ensemble de la population du quartier.

Pourquoi votre fraternité est-elle devenue membre du réseau Saint-Laurent ?

Le réseau Saint-Laurent nous appelle à vivre à l’école des plus petits. Il crée une dynamique d’Église. Nous formons tous l’Église : cette idée, nous pouvons la palper en faisant des choses ensemble (comme lors de ce Village de la rencontre). De plus, être membre de ce réseau est l’occasion d’élargir notre cercle d’amis !

Voyez-vous des résultats suite au travail de la Fraternité dans le quartier ?

Nous ne parlons pas du tout en termes de résultat ; au contraire, nous nous astreignons à une "chasteté apostolique". Si nous pouvons aider, c’est ensuite l’Esprit Saint qui agit et les personnes elles-mêmes qui reçoivent ce qu’elles veulent.
Cependant, les personnes engagées à la Fraternité reçoivent beaucoup. En chrétiens, nous ne pouvons garder pour nous la grâce des sacrements reçus. Ces sacrements sont comme l’eau qui, si elle stagne, pourrit. Or l’eau de la source (de Lourdes) doit au contraire couler… En passant, elle nous transforme…

Aymeric O’Neill est parti avec sa femme, Christine, au Brésil, comme volontaire Fidesco (organisation catholique de solidarité internationale). Là, ils ont travaillé avec Dominique You. À Marseille, ils se sont ensuite installés à la cité des Lauriers. Aujourd’hui, toute sa famille est impliquée dans la maison Bernadette.

JPEG - 415.8 ko

Témoignage de Gisèle Yapo et Philomène Fah sur l’action de la Fraternité et leurs pèlerinages annuels à Lourdes :

« Nous avons connu la Fraternité Bernadette grâce à ses actions dans le quartier : groupe de soutien, activité cuisine, apprentissage de la lecture et de l’écriture, sorties [...]
Nous avons un abonnement pour Lourdes ! Nous venons chaque été, pour finir l’année en beauté. Ici nous sommes tranquilles, détendues : on a pas besoin de cuisiner, on oublie les factures, on a le cœur léger [...] À Lourdes et au Village de la rencontre, on trouve la fraternité, la solidarité : comme à la maison Bernadette, nous sommes tous mélangés, il n’y a pas d’ethnie. Il n’y a qu’un seul groupe devant le Christ ! ».

Pour en savoir plus sur la Fraternité Bernadette :
www.massabielle.asso.fr
www.fratbernadette.fr/