Accueil > Le Festival Saint Laurent 2012 > Chorale Choeur espérance : la fraternité au cœur

Chorale Choeur espérance : la fraternité au cœur

dimanche 12 août 2012, par Marie B

Chorale multiculturelle composée d’une quarantaine de chanteurs, Chœur espérance anime avec énergie les grands temps forts de ce festival Saint Laurent. Elle s’attache à diffuser sa joie et sa convivialité bien au-delà des moments liturgiques.
Quelques questions à son chef de chœur, Catherine Martinez.

JPEG - 427.3 ko

Comment est né Chœur espérance ?

Nous avons commencé à chanter en 1996, à la paroisse de la Seyne-sur-Mer, au sein d’un groupe appelé les "voix de Berthe" (du nom du quartier, Berthe). En 1999, la Diaconie du Var nous a invité à nous engager dans la préparation du Jubilé (de l’an 2000), puis, nous avons commencé à animer les grands événements diocésains du Var. Nous participons à des événements populaires qui drainent des populations en marge de la société.

Qui compose cette chorale ?

Des personnes de tous âges, de tous niveaux. La communauté africaine est un cœur solide de notre groupe. Cependant cette chorale n’est pas ethnique, elle est multiculturelle.
Il y a de vraies lacunes en matière d’accueil des étrangers dans nos paroisses en France : nombreux sont les migrants animés d’une grande foi catholique qui ont du mal à être considérés dans leur pays comme des chrétiens à part entière. Notre chorale se veut un lieu d’accueil, Notre répertoire est composé de chants d’Afrique, d’Europe... L’idée n’est pas de séparer les origines, les âges, les gens, mais au contraire de partager, de chanter ensemble.

Qu’est-ce qui vous anime ?

Nous chantons pour des assemblées où la place des pauvres est la plus importante, au service d’un peuple qui célèbre son Seigneur. Cette célébration n’est pas réservée à la la liturgie : la fraternité doit se vivre au quotidien ! Ainsi, dans le diocèse ou au cours d’un événement comme ce festival Saint Laurent, Chœur espérance fait partager son sens de la fête, de la joie, de la convivialité, de l’ambiance !

Vous-même, comment avez-vous commencé à chanter ?

Je suis venue à Lourdes au cours des années 60 avec un groupe folklorique dont le chef de chœur avait l’énergie de faire chanter les pierres !

« Chanter c’est prier et faire prier deux fois, c’est parfait pour nous ! La musique permet de créer fraternité et convivialité. Il n’y a pas de barrière en musique, c’est comme pour un match de foot, cela rassemble tout le monde ! »
Jacqueline Maréchal, choriste (Chœur espérance)

JPEG - 436.8 ko

Crédit photo : François Phliponeau

JPEG - 442.1 ko

Crédit photo : François Phliponeau