Accueil > Le Festival Saint Laurent 2012 > La troupe "Nez’vangile" revient sur sa participation au festival Saint (...)

La troupe "Nez’vangile" revient sur sa participation au festival Saint Laurent 2012

mercredi 7 novembre 2012, par Florian Meyer

Notre troupe s’appelle « Nez’vangile ». Elle a pour vocation l’annonce de l ’Evangile
à travers le personnage du clown et contribue ainsi à l’animation spirituelle de la
Diaconie de notre diocèse de Fréjus-Toulon.

Elle est née de l’expérience de Martine DETE, membre de la Fraternité Saint
Laurent, à l’atelier clown de Kaïré (association de l’union diaconale du var) et de sa
participation à une session d’animation de l’association « clown par Foi » qui cherche
à faire dialoguer explicitement l’expérience du clown contemporain et celle de la Foi
chrétienne.

JPEG - 1.1 Mo

Avec le soutien de Gilles Rebêche, modérateur de la Fraternité Saint Laurent et
l’aide de Véronique Martin, metteur en scène mais aussi membre de la Fraternité,
Martine a entraîné plusieurs personnes dans cette aventure et créé la troupe, il y a
maintenant près de deux ans. Aujourd’hui elle compte douze membres aux parcours
de vie bien différents mais qui se retrouvent dans la même expression de Foi à
travers le clown « cet être à part, émerveillé devant le monde, heureux de peu de
chose, qui s’aime et se montre tel qu’il est, profondément humain, beau, sincère,
libre, généreux et prêt à toutes les audaces ? Sa simplicité, sa confiance, sa
puissance de jeu font que pour lui tout obstacle est une chance, une occasion de
renaissance à chaque instant. Faire l’expérience de son clown, c’est retrouver cet
être de fraîcheur, de fragilité et d’enfance où l’on s’amuse, où l’on est disponible,
ouvert, inventif, débordant de fantaisie et d’énergie, uniquement guidé par le désir
d’exister » définition donnée par Philippe Rousseaux, formateur de l’association
« clown par Foi. »

La Fraternité Saint Laurent s’est impliquée pour préparer dans le cadre du Réseau
Saint Laurent un festival qui permette l’expression de foi des pauvres et la rencontre
du 11 au 16 août 2012 avec le pèlerinage national et Mosaïque. A cette occasion,
Gilles Rebêche nous a demandé de préparer des animations sur le thème du
chapelet et des mystères du Rosaire (thème pastoral des sanctuaires de Lourdes).
Un an de réflexion d’écoute, de travail et de jeux à Toulon et à Lourdes à partir du 8
août où durant trois jours nous avons repéré les lieux, pris nos marques et continué à
répéter.

Nous appréhendions quelque peu la rencontre avec le pèlerinage national et
Mosaïque. Quel regard allaient-ils porter sur nous ? Des clowns à Lourdes Mais
pourquoi faire ? Quelle folie !

L’approche s’est faite doucement ; il ne faut pas brusquer les choses. Petite tension
entre les clowns le premier jour à la basilique Saint Pie X où on les refuse pour porter
ou suivre le chapelet. Plusieurs sont déçus et se sentent rejetés (plusieurs membres
de la troupe sont des personnes qui ont été ou qui sont en grande précarité et qui connaissent le rejet.). Mais la discussion et l’échange ont permis de désamorcer
cette montée de tension. Et au village de la rencontre, lors de notre première
intervention, nous nous sentons accueillis, les gens jouent le jeu et la joie passe
entre nous.

Joie aussi et moments magiques aux accueils Notre dame et Saint Frai où nous
avons été demandés pour des temps d’animation auprès des malades , des
personnes handicapées et du personnel soignant.. A la vue des clowns les regards
s’illuminaient. Et mystère de la rencontre qui fait que tout semble facile quand on se
regarde « comme une personne » comme le dit Sainte Bernadette.

Grand moment de partage aussi avec un groupe de scouts d’Europe lors d’une
animation à Saint Frai. Un retard pris dans l’organisation du repas bouscula le
programme. Les scouts voulaient partir en nous laissant la place mais une idée
surgit dans la tête de Martine : et si nous alternions chants et clowns ? Ce fut un
succès avec en prime le jeu de notre ami handicapé qui avait mis le nez de clown.
Un grand moment d’émotion et de fraternité.

Au cours d’une intervention un prêtre hospitalier nous confia : « vous avez fait
quelque chose de merveilleux, vous avez cassé les barrières entre les malades, le
personnel, les brancardiers »

Cette chose merveilleuse nous voulons continuer à la produire et à la partager.
Au nom de tous les clowns, MERCI à tous pour votre accueil.

Le clown Margareth
Martine DETE – Responsable troupe « Nez’vangile »

Portfolio