Accueil > Connaître les groupes du réseau : reportages > Bâtir avec les pierres rejetées...

Bâtir avec les pierres rejetées...

mercredi 15 août 2012, par Marie B

L’association Pierre d’angle (fraternité du réseau Saint-Laurent) a été fondée en 2009 par Jean-Claude et Yvonne Caillaux, volontaires du mouvement d’ATD Quart-monde, pour approfondir les liens entre les plus pauvres et la foi chrétienne. Brice Chofflet a connu Pierre d’angle en 2010. Il témoigne.

JPEG - 469.2 ko

Que propose Pierre d’angle ?

À Pierre d’angle, nous nous réunissons tous les mois pour un temps de partage autour de la parole (de l’Evangile). L’idée est d’écouter les personnes en situation de précarité. Nous essayons de voir quels sont les passages qui nous touchent, comment ces textes raisonnent dans nos vies. Au départ, nous nous réunissions en prévision d’un grand rassemblement en 2011 organisé autour de la question posée par le Christ : "Pour vous, qui suis-je ?" [rassemblement qui a réuni près de 200 personnes fin 2011 à Issy-les-Moulineaux]. Finalement, Diaconia 2013 a été l’occasion de prolonger ce dialogue.

Pourquoi ce nom, Pierre d’angle ?

« La pierre que vous avez rejetée est devenue la pierre d’angle » [Livre des Actes des Apôtres 4,8-12]. Les personnes en situation de précarité, accueillies à l’association, sont ces pierres.

Que vous apporte cet engagement ?

En allant à Pierre d’angle, je rencontre une partie de la société que je ne côtoie pas forcément par ailleurs. Je me suis aussi rendu compte que ces personnes en situation de précarité avaient le sourire, malgré les difficultés, et que c’étaient les premières à aider ceux qui étaient encore plus dans le besoin.
Par ailleurs, je suis en recherche d’emploi. Aller à Pierre d’angle me permet de ne pas déprimer. Mais je ne fais cela pas uniquement pour m’occuper : pour cela, j’aurais pu m’inscrire simplement dans un club de pétanque ! Je voulais une activité qui donne du sens, me permette de rencontrer, de m’occuper des autres, d’être avec eux.
www.lapierredangle.eu/

JPEG - 172 ko

Crédit photo : François Phliponeau