Accueil > Le Festival Saint Laurent 2012 > [Témoignages de festivaliers] Dominique, membre du Sappel de (...)

[Témoignages de festivaliers] Dominique, membre du Sappel de Lyon

lundi 13 août 2012, par Florian Meyer

JPEG - 67.7 ko

Dominique habite Tarare, dans le Rhône. Il est venu au Festival Saint Laurent avec le groupe du Sappel de Lyon. Après deux jours passé à Lourdes, il témoigne de son parcours, de son engagement au Sappel et de ses premières impressions sur le festival.

"Nous sommes arrivés à Lourdes samedi en train. Le trajet a duré dix heures, mais il en valait la peine ! C’est vraiment bien ici : les grandes célébrations, le village de la rencontre... J’ai beaucoup aimé les temps de partage en groupe. C’est bien, on rencontre du monde.

Je suis venu avec le Sappel de Lyon. C’est un lieu de prière où on se réunit tous les derniers dimanche du mois. On prend le petit déjeuner ensemble, ensuite il y a un peu de théâtre, on discute, on prie ensemble. L’après-midi chacun choisit son activité : pétanque, marche, peinture... J’y vais tous les mois depuis plusieurs années. Parfois on fait des sorties à Ambérieu-en-Bugey ou même des week-ends. Il y a des gens qui viennent de toute la région lyonnaise. J’aime beaucoup ces journées, elles permettent de voir du monde, de discuter.

J’ai découvert le Sappel par l’intermédiaire d’une sœur. Avant j’allais tous les mardis soir dans un groupe du Chemin Neuf à Lyon pour discuter. Mais c’était difficile comme j’habite assez loin et que je fais les trajets en scooter. Alors une sœur qui y participais aussi m’a parlé du groupe du Sappel. Je suis allé voir et cela m’a tout de suite plu !

Le fait que les rencontres soient le dimanche est plus simple avec le boulot. Ça fait 28 ans que je travaille, c’est important pour moi. J’ai passé 20 ans dans un premier CAT et maintenant je travaille en atelier donc je ne finis pas très tôt.

Je remercie le Sappel de m’avoir permis de participer à ce voyage. J’ai appris un peu par hasard que ça avait lieu : j’ai entendu des gens en parler lors d’une rencontre du dimanche et j’ai posé quelques questions.On m’a dit que moi aussi je pouvais y participer, alors j’ai prévu des l’argent pour financer le voyage. Et me voilà !"